United Nations High Commissioner for Refugees

Réfugiés

© UNHCR/H. Caux

Les réfugiés sont nos principaux bénéficiaires et nous prenons soin d'eux aux quatre coins de la planète

Refugees from Canada  

La pratique d'accorder l'asile aux personnes fuyant la persécution dans des pays étrangers constitue l'une des plus anciennes marques de civilisation. On trouve des références dans des textes écrits il y a 3 500 ans, quand prospéraient les grands empires antiques au Moyen-Orient comme les Hittites, les Babyloniens, les Assyriens et les Egyptiens.

Plus de trois millénaires après, la protection des réfugiés est devenue le mandat fondamental de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, créée pour s'occuper des réfugiés, en particulier de ceux souhaitant rentrer dans leur pays à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Convention de 1951 relative au statut des réfugiés qui a institué le HCR énonce que le terme 'réfugié' s'applique à « toute personne qui, craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».Depuis cette date, le HCR a fourni protection et assistance à des dizaines de millions de réfugiés, trouvant des solutions durables pour un grand nombre d'entre eux. Les modèles de migration à l'échelle de la planète sont devenus de plus en plus complexes dans le monde contemporain, impliquant non seulement des réfugiés mais aussi des millions de migrants économiques. Cependant, si les réfugiés et les migrants empruntent souvent les mêmes itinéraires, ils sont fondamentalement différents et c'est la raison pour laquelle ils sont traités de manière très différente en vertu du droit international moderne.Les migrants, en particulier les migrants économiques, font le choix du déplacement pour de meilleures perspectives pour eux et pour leurs familles. Les réfugiés sont dans l'obligation de se déplacer s'ils veulent sauver leur vie ou préserver leur liberté. Ils n'ont aucune protection de la part de leur propre Etat - c'est même souvent leur propre gouvernement qui les menace de persécution. Si d'autres pays ne les laissent pas entrer et ne les aident pas une fois qu'ils sont entrés, ils peuvent les condamner à mourir - ou à vivre dans des conditions intolérables, en cachette, sans moyen de subsistance ni droits.

Réfugiés en milieu urbain - Survivre en milieu urbain

L'image emblématique des réfugiés est généralement associée à des rangées de tentes beiges s'étendant à perte de vue dans un camp tentaculaire établi d'urgence. Toutefois, en réalité, seul un tiers des 15,2 millions de réfugiés dans le monde est hébergé dans des camps. A l'exemple de 3,3 milliards d'habitants de notre planète, une majorité de réfugiés se déplacent régulièrement de ville en ville, une tendance qui s'est accélérée depuis les années 50. Plus de la moitié des réfugiés auxquels le HCR assure une aide vivent désormais en milieu urbain, alors que d'autres vivent en zone rurale hors des camps. A l'avenir, les déracinés tenteront de plus en plus de se réfugier dans des villes pour y survivre, tout comme d'anciens réfugiés de retour dans leur pays d'origine ou des déplacés à l'intérieur de leur propre pays.

Contrairement à un camp fermé, les villes permettent à l'évidence de conserver l'anonymat, de gagner de l'argent et de se construire un avenir meilleur. Toutefois elles présentent également des dangers : les réfugiés pourraient ne pas obtenir des documents d'identité reconnus, ils pourraient être vulnérables à l'exploitation, aux arrestations et à la détention, ainsi que se trouver en concurrence avec la main d'œuvre locale démunie pour les pires emplois.

Dans le passé, de nombreux réfugiés vivant dans les villes étaient des hommes jeunes ayant des compétences professionnelles et subvenant à leurs besoins. Actuellement on compte un nombre accru de femmes, qui ont peut-être subi des viols ou des agressions durant leur fuite éperdue depuis leur pays, d'enfants ou de personnes plus âgées, ayant tous des besoins spécifiques. Dans les mégapoles anonymes, ces personnes éprouvent souvent des difficultés pour identifier le HCR et recevoir le soutien dont elles ont besoin. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés, pour sa part, ne peut pas fournir des services aussi facilement que dans un camp.

En 2009, le HCR a changé sa politique envers les réfugiés vivant dans les villes, en partie sur la base de son expérience acquise durant l'aide fournie à quelque 400 000 réfugiés iraquiens sur près de deux millions d'Iraquiens déplacés depuis 2003 au total, dont la plupart ont fui vers des villes importantes dans les pays voisins.

Dans tous les cas, les réfugiés se trouvant soit dans des villes soit dans des camps, ils ont les mêmes droits humains et à la fois le HCR et les Etats hôtes ont une obligation de les protéger et de respecter leur statut de réfugié. Par ailleurs l'agence des Nations Unies pour les réfugiés doit concentrer ses efforts sur des partenariats plus innovants avec des municipalités, des associations communautaires locales et d'autres structures, afin d'assurer une aide appropriée aux réfugiés vivant en milieu urbain.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Rapatriés

Les rapatriés sont les personnes de retour chez elles. C'est la meilleure des solutions durables.

Apatrides

Des millions d'apatrides sont pris au piège dans un vide juridique, avec des droits fondamentaux limités.

Demandeurs d'asile

Les demandeurs d'asile ont besoin d'aide et de conseils, essentiels pour la procédure d'octroi du statut de réfugié.

Hommes

Les hommes adultes et les garçons sont souvent confrontés à des menaces spécifiques contre leur vie et leur liberté.

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Enfants

Les enfants représentent près de la moitié de la population relevant de la compétence du HCR. Ils ont besoin de soins spécifiques.

Personnes âgées

Les personnes âgées ont des besoins spécifiques, souvent négligés dans la planification et les programmes.

Personnes handicapées

Les personnes handicapées restent largement invisibles ou oubliées au sein de leurs communautés déracinées.

URL: www.unhcr.be/fr/profil/qui-nous-aidons/refugies.html
copyright © 2001-2014 UNHCR - all rights reserved.